Vous êtes ici : L'Europe en mutation   >   La fédération de recherche   >   L'éditorial

L'éditorial

Le prix Nobel de la paix 2012 est décerné à...

 

Le prix Nobel de la paix 2012, citoyens européens, est votre prix, ou presque. D'après l'affiche éditée pour l'occasion certains citoyens doivent en effet partager le prix Nobel avec les institutions européennes. En grec, en roumain, en espagnol, etc., le slogan "Your peace, your price", devient "Our peace, our price".

La cérémonie est courte et l'accès au Parlement européen très aisé, au point que l'on y rentre sans badge. À dire vrai il nous a même été nécessaire, une fois rentrés, de traverser tout le Parlement européen en suivant un vigile, afin de ressortir pour obtenir un sticker visiteur, qui s'avèrera superflu pour assister à la cérémonie.

L'accent de la cérémonie est mis sur les citoyens : au centre de l'hémicycle sont assemblés vingt citoyens, sélectionnés par concours pour représenter les 500 millions d'européens. À leur côté se trouvent Martin Schulz, président du Parlement européen, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne et l'actuel président du Conseil de l'Union européenne : le chypriote Andreas Mavroyiannis.

Les discours se font écho et mettent tous en avant l'importance symbolique du prix Nobel en cette période de crise et de changement. Si la guerre et le totalitarisme ont disparu du territoire européen, d'autres démons peuvent apparaître. Le nationalisme et la xénophobie sont encore présents, et comme le rappelle José Manuel Barroso "la démocratie, la liberté et la paix, doivent être une conquête de chaque jour".

Les orateurs associent les citoyens, la paix et le succès de la construction européenne. "Ce prix Nobel est la reconnaissance d'un projet inédit grâce auquel une inspiration séculaire est devenue une réalité quotidienne", pour le président de la Commission européenne. Les discours font également référence aux thèmes fondateurs de la Communauté européenne : "L'Europe est bien plus qu'un marché, il est nécessaire de la concevoir comme un projet politique, et pourquoi pas la voir comme un projet de culture : notre culture européenne", propose Martin Schulz.

La conclusion est laissée à un jeune européen, lauréat maltais du concours. "À la question “qu'est-ce que la paix en Europe ?”, mes grands-parents auraient dit un rêve, mes parents auraient dit un processus et moi je dis une réalité".

En sortant, notre impression est mitigée. La cérémonie était courte et les rangs du Parlement européen clairsemés, mais l'intention des représentants des institutions est belle : sublimer et légitimer la construction européenne. Cependant, un prix Nobel célébré dans l'intimité, devant des audiences déjà acquises, y suffira-t-il ?

 

Maeve Kieffer et Emmanuel Leroux

ATER, Institut des hautes études européennes de l'Université de Strasbourg
Contrat doctoral, Faculté de droit de l'Université de Strasbourg
Membres du CEIE

 

      Cérémonie pour le prix Nobel de la paix 2012 - Photo 4         Cérémonie pour le prix Nobel de la paix 2012 - Photo 2

      Cérémonie pour le prix Nobel de la paix 2012 - Photo 1         Cérémonie pour le prix Nobel de la paix 2012 - photo 3